0 10 4 min 1 mois 70

L’abbé EBONGUE PENDA EBOULE Martial Ludovic, plus connu sous le nom de Ludovic PENDA est né le 15 juillet 1983 à Douala, Bonapriso. Il est le troisième enfant d’une fratrie de six (quatre garçons et deux filles). Il a grandi à Bonabéri, au domicile familial, auprès d’un père protestant, ancien de l’Eglise, et d’une mère protestante, elle aussi ancienne de l’Eglise à l’EEC (Eglise Evangélique du Cameroun). Curieusement, c’est auprès de sa mère qu’il tient sa très forte dévotion mariale puisque cette dernière est une ancienne catholique devenue protestante par alliance. Plus tard, en classe de première, l’abbé Ludovic décide un soir d’aller discrètement à la paroisse saint Louis de Bonabéri pour prier et demander une faveur à Marie, Mère de Dieu. C’est ainsi qu’après une longue période de fréquentation de la paroisse, il fut officiellement accueilli à l’Église catholique et reçut les derniers sacrements d’initiation chrétienne. Il s’engagea pendant de longues années au groupe des lecteurs de Saint Louis ; il se fit très proche du clergé paroissial et se rendit disponible pour d’autres activités d’Église concernant  la sacristie, les courses de la paroisse, et surtout la vie communautaire à la CEV St Augustin.

Il est accueilli dans le diocèse de Bafang depuis 2015. Il est le tout premier stagiaire d’imprégnation de la cathédrale Cœur immaculé de Marie de Banka, une expérience qu’il a renouvelée à la paroisse Saint Nicolas de Flüe de La Moumée, qui est devenue sa paroisse d’attache dans la zone pastorale de Kékem.

Il est sociologue de formation, titulaire d’une licence puis d’un Master 2 en sociologie de la politique. Il a étudié à l’université de Douala et à l’université de Dschang. L’année où il s’inscrit en thèse, il décide de suspendre tous ses projets académiques pour commencer un nouveau parcours de formation qui le conduit à la propédeutique de Mbanga.

Plus tard, il décroche un baccalauréat canonique au philosophat de Kouékong à Bafousam. Le stage canonique, il le fait à la paroisse St Paul de Nkondjock. Quatre ans plus tard, il décroche un autre baccalauréat canonique au Théologat de Douala.

Les années antérieures, il a essentiellement travaillé pour le compte des ONG et une fondation pour la renaissance africaine. Il a aussi enseigné la Culture humaine et religieuse pendant trois ans au collège Libermann de Douala, et travaillé simultanément pour la radio Véritas, la radio catholique de Douala, pendant cinq ans environ, comme correspondant, bénévole et animateur de quelques programmes chrétiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *